Des cheminots de la SNCF payés pour recruter leurs futurs collègues




Dans un document diffusé en interne en Île-de-France, la direction appelle ses employés à participer au recrutement des cheminots, moyennant un chèque-cadeau de 50 euros, révèle Le Parisien, ce mardi. La SNCF semble rencontrer de plus en plus de difficultés à recruter. Afin de combler les départs à la retraite nombreux en Île-de-France, la direction a appelé ses employés à participer, rapporte Le Parisien, ce mardi. Elle offre même une petite compensation financière si la personne recommandée est embauchée. A l'heure actuelle, la SNCF compte 14.000 conducteurs de trains. Dans les faits, un document interne a été diffusé au début du mois, avec la mention «Flash info - recrutement de conducteurs: Participez au challenge recrutement». «Face à un nombre de départs à la retraite important, l'établissement traction de Paris Sud-Est rencontre dès maintenant un besoin de recrutement d'agents de conduite», explique ainsi la direction, dans cette note citée par le quotidien. «Nous devons recruter 54 conducteurs de train pour le premier semestre 2017. Nous comptons donc sur votre engagement pour relever ce défi». La carotte? «Pour toute personne embauchée que vous aurez parrainée vous recevrez un chèque-cadeau d'un montant de 50 euros», conclut le document. «Il s'agit d'une initiative locale», relativise un porte-parole de la SNCF au Figaro. «A l'échelle nationale, de nombreux moyens sont déployés pour recruter des cheminots, car nous avons effectivement beaucoup de difficultés à en embaucher». Au total, l'entreprise veut embaucher 1000 conducteurs de train en formation en 2017. Mais c'est sans compter un manque d'une centaine de conducteurs pour assurer le service actuel. «Nous avons eu beaucoup d'échecs lors de l'examen final de la dernière session de formation», explique l'entreprise. Un rapide coup d'oeil sur le site de recrutement de l'entreprise permet d'en mesurer l'ampleur. Plus anecdotique, mais néanmoins révélateur, des adhérents de la CGT à Agen avaient également créé un stand de recrutement, sur le parvis de la gare, le 2 février dernier. «Il manque une douzaine de conducteurs de train en Aquitaine», soutenait Dominique Abella, secrétaire de la section de Lot-et-Garonne des cheminots CGT, à La Dépêche. Des calendriers incompatibles Mais pourquoi est-il si difficile de recruter des agents de conduite? «C'est un métier très technique et fatiguant, car il impose une extrême vigilance», explique Cyrille Vainsonneau, secrétaire national FGAAC-CFDT, au Figaro. «Nous avons également des horaires de nuit et nous devons travailler les week-ends et jours fériés». Autre souci, la formation. Entretien, tests psycho-techniques, visite médicale... Cette dernière dure 18 mois et nécessite un long et difficile cheminement. De nombreux candidats abandonnent en cours de route. «Sur 10 personnes, seules trois arriveront au bout», soutient le porte-parole de la SNCF. «Nous avons de plus en plus de jeunes qui échouent à la visite médicale, faute d'avoir une bonne audition. Ces déficiences auditives sont notamment dues au port d'écouteurs». La question des départs en retraite apparaît comme l'un des points de blocage majeurs. «Avant l'âge de le retraite était bloqué à 50 ans pour les agents de conduite, mais la réforme des retraites a tout bouleversé», détaille la SNCF. «Désormais, les mécaniciens doivent prévenir six mois à l'avance». «Si l'ouverture des droits est fixé à 52 ans, la majorité d'entre eux partent entre 52 et 57 ans», complète Cyrille Vainsonneau. Un calendrier incompatible avec celui des formations, qui rend très difficile l'anticipation des recrutements.


NOS PARTENAIRES :