Nos Webradios

Jobs&Musik sur AppleStore

Jobs&Musik Tropicale

Jobs & Musik

Les pilotes d'Air France disent «oui» au principe d'une filiale à coûts réduits




Ils ont voté «oui» à 58,1%, à rebours de la position du syndicat majoritaire SNPL. La direction avait besoin de cette approbation pour lancer son projet de filiale baptisée «Boost». Un pas de plus vers le lancement de «Boost» ? Les pilotes d'Air France ont voté à 58,1% pour la création d'une filiale à coûts réduits, un projet de la direction du groupe aérien pourtant contesté, a annoncé, ce lundi, le syndicat majoritaire des pilotes SNPL. Ce résultat, acquis à l'issue d'une consultation fortement suivie (73,8% de participation), va à l'encontre de la position du SNPL, sans l'accord duquel la compagnie ne peut mettre en oeuvre son projet de filiale. Consultation Boost SNPL : OUI à 58,1%. Participation massive de 73,8%. Toutes les forces doivent être mise en œuvre pour finaliser un accord — Antoine A. (@_AntAMR) 20 février 2017 Le syndicat majoritaire dans les cockpits d'Air France réunit son Conseil (parlement interne) mercredi pour analyser le vote des 3 700 pilotes appelés à se prononcer pour ou contre «l'externalisation d'une partie de l'activité et de la flotte long et moyen-courrier d'Air France dans une nouvelle structure». «Pas un blanc-seing à la direction», le SNPL «Les pilotes ont dit qu'ils étaient prêts à prendre le risque» d'une filiale, c'est «un nouveau contexte» dont le SNPL «prend acte», a réagi Emmanuel Mistrali, porte-parole du syndicat. Il voit d'un très mauvais oeil l'externalisation d'une partie des vols d'Air France, craignant une fuite de l'activité. Mais ce n'est «nullement un blanc-seing» accordé à la direction sur l'ensemble de l'accord soumis le 9 février aux syndicats de pilotes (SNPL et Spaf), et dont le projet «Boost» de filiale est une composante, a-t-il ajouté. Le texte est ouvert à la signature des organisations professionnelles jusqu'à vendredi, mais la direction pourrait prolonger le délai si le SNPL décidait de lancer un référendum sur l'ensemble du texte. Le SNPL aura le dernier mot Le groupe aérien souhaite créer une filiale exploitant certaines lignes moyen et long-courrier d'Air France actuellement non rentables, en embauchant des hôtesses et stewards (PNC) payés aux «coûts du marché», soit 40% moins cher qu'à Air France. Opposé au principe d'une filiale, le SNPL a affiché son hostilité à la «découpe» de l'entreprise «en appartements», disant préférer le développement d'une nouvelle marque en interne. En vertu d'accords passés, le syndicat de pilotes majoritaire à Air France (65% des voix) a la possibilité de bloquer tout projet modifiant le périmètre d'activité de la compagnie. Autrement dit, sans sa signature, «Boost» ne verra pas le jour.


NOS PARTENAIRES :

partenairepartenairepartenairepartenairepartenairepartenairepartenairepartenairepartenairepartenaire