Nos Webradios

Jobs&Musik sur AppleStore

Jobs&Musik Tropicale

Jobs & Musik

Comment se reconvertir dans le secteur de l'énergie ?




Toutes les infos à savoir si on veut se reconvertir dans le secteur de l'énergie.

Plus d’offres que de candidats

Les recruteurs sont unanimes : le secteur de l’énergie se porte à nouveau comme un charme et les perspectives d’emploi sont nombreuses, tant dans la filière nucléaire et fossile que dans celle, très populaire, des énergies renouvelables. « Après deux années difficiles, le marché redevient dynamique et nous avons à nouveau plus d’offres d’emploi que de candidats », indique Cédric Girard, responsable de la division Industrie au sein du cabinet de recrutement Hays à Lille. Du coup, le secteur attire régulièrement les candidats venus d’autres horizons comme l’automobile, l’industrie lourde, ou encore l’aéronautique. Quels sont les profils qui ont le plus de chance de rejoindre ses rangs ?



Wanted : ingénieurs

« De manière générale, un ingénieur dispose d’un profil plus attractif qu’un technicien car c’est la fonction la plus demandée dans le secteur de l’énergie », explique Cédric Girard.

Mais dans la filière nucléaire du groupe Areva, les spécialistes les plus recherchés ne sont pas forcément ceux que l’on croit. « Seuls 10 à 15 % de nos recrutements à bac +5 se font sur des profils nucléaires purs ; pour le reste, nous avons besoin d’experts en mécanique, en génie civil, en contrôle commande mais aussi dans tous les métiers transverses comme par exemple la gestion de projet », soutient Jérôme Eymery, responsable du recrutement pour Areva.

Pour autant, la plupart des grands groupes ont des critères de recrutement précis et la maîtrise de la mécanique n’est généralement pas suffisante. « Nous recrutons régulièrement au sein de secteurs qui sont, comme nous, sur de la haute technologie et dans un environnement où la sécurité et la sûreté sont essentiels, comme par exemple l’aéronautique ou l’aérospatial », explique Jérôme Eymery. « La maîtrise de l’anglais est également importante », ajoute-t-il. Par contre, venir d’un grand groupe est loin d’être un prérequis et le chef de projet d’une PME en mécanique a aussi ses chances.



Sortir des sentiers battus

Dans l’énergie, les grands groupes sont loin d’être les seuls employeurs pour les candidats à une reconversion. « L’intégration peut se révéler plus facile au sein de bureaux d’études, de fabricants, d’équipementiers ou de toute autre structure qui travaille pour ces grands donneurs d’ordre », indique Cédric Girard du cabinet Hays. Ainsi, un chef de projet venant de l’industrie automobile pourrait très bien intégrer une fonction similaire au sein d’un bureau d’étude dans le domaine de l’énergie.

La reconversion dans les énergies renouvelables

Au sein d’Areva, la filière des énergies nouvelles n’est pas la plus porteuse pour les candidats à la reconversion. « On voit beaucoup de candidats qui veulent intégrer le secteur du renouvelable avec une formation généraliste dans ce domaine. Or les profils que nous recherchons sont des spécialistes très pointus », précise Jérôme Eymery. Plus globalement, Cédric Girard estime tout de même que le boom du renouvelable facilite l’intégration des nouveaux arrivants. « Comme ce sont des filières qui sont en train de se mettre en place, les candidats ayant l’expertise technique et commerciale appropriée ont toutes leurs chances », explique-t-il.


NOS PARTENAIRES :

partenairepartenairepartenairepartenairepartenairepartenairepartenairepartenairepartenairepartenaire