Nos Webradios

Jobs&Musik sur AppleStore

Jobs&Musik Tropicale

Jobs & Musik

Comment négocier financièrement son licenciement




Votre employeur a entamé une procédure de licenciement à votre encontre ? Sachez qu’au-delà de l’indemnité légale de licenciement, vous pouvez obtenir une indemnité transactionnelle, à condition de bien préparer votre négociation. Nos spécialistes vous éclairent sur la stratégie à adopter.


1 Prendre en compte le motif de rupture du contrat

Avant d’envisager toute négociation financière avec votre employeur, il est primordial de s’intéresser aux causes du licenciement avancées par votre employeur. « Si un salarié est licencié pour faute grave ou lourde, sa marge de manœuvre est quasi-inexistante. S’il est licencié pour motif réel ou sérieux, la négociation est possible », résume Rosa Rossignol, auteure de l’ouvrage Gérer efficacement un départ. Toutefois, Philippe Ravisy, avocat spécialisé dans le droit du travail, n’a pas un avis aussi tranché. « Il arrive que les motifs évoqués pour justifier une faute lourde soient complètement inventés », prévient-il. Et quoi qu’il en soit, même si la cause de licenciement semble fondée, « il y a toujours matière à creuser », selon lui.

Négocier financièrement son licenciement" Il faut réussir à sortir de l’affect et considérer la rencontre avec son employeur comme une négociation commerciale plutôt qu’une réparation."

2 Se faire accompagner

« Certains salariés considèrent un licenciement comme une rupture douloureuse et vont donc chercher, via leur négociation, à demander une réparation pour le préjudice subi », constate Nathalie Cariou. Pour cette coach financière, c’est là que tout peut déraper. « Il faut réussir à sortir de l’affect et considérer la rencontre avec son employeur comme une négociation commerciale plutôt qu’une réparation. » Si vous pensez que votre soif de vengeance aura le dessus le jour de l’entretien préalable de licenciement, temps fort de la négociation, faites-vous représenter par un tiers : représentant du personnel, coach, avocat… Ces derniers vous aideront à bien préparer votre défense et permettront de rééquilibrer le rapport de force le jour J.

3 Mener un travail d’enquête

Pour mener à bien une négociation, vous devez vous y être préparé. La première étape est de « se renseigner sur les licenciements qui ont déjà eu lieu au sein de votre entreprise », indique Nathalie Cariou. En vous tournant vers les représentants du personnel, vous pourrez connaître le montant approximatif de l’indemnité légale de licenciement et de l’indemnité transactionnelle que les salariés licenciés ont obtenu. Cet élément doit toutefois rester indicatif, selon Rosa Rossignol. « Chaque situation est singulière. La criticité de la fonction occupée par le salarié et le contexte vont également influencer le montant de l’indemnité transactionnelle. » Puisqu’ils détiennent des informations stratégiques sur l’entreprise, les DRH, les directeurs de la communication et les DAF obtiennent, par exemple, un package de sortie plus élevé.

4 Bâtir une défense

À moins de pouvoir prouver que le motif de licenciement est douteux, « la négociation repose sur l’analyse des reproches que le salarié peut faire à l’entreprise », explique Philippe Ravisy. Votre employeur ne vous a jamais payé vos heures supplémentaires ? C’est le bon moment pour l’évoquer. Votre entreprise ne respecte pas les règles relatives à votre repos quotidien ? C’est aussi un levier de négociation. « Environ 75 % des entreprises éditent des bulletins de salaire inexacts. Seules 5 % d’entre elles respectent, par exemple, les règles du forfait jour », illustre-t-il. Autant dire que pour espérer arriver à vos fins, il faudra vous plonger dans le Code du Travail et bien vous entourer.


5 Les arguments qui font mouche pour négocier

Bien amenés, certains arguments peuvent vous permettre de sortir gagnant d’un licenciement. « Généralement, les entreprises préfèrent lorsque la procédure est rapide car il est toujours difficile de garder en poste un salarié qui n’a plus de motivation. Son attitude peut avoir un impact significatif sur le reste de l’équipe », avance Nathalie Cariou. Ainsi, si votre employeur n’est pas prêt à lâcher du leste, rappelez-lui qu’il est dans son intérêt que votre préavis soit écourté. Si vous occupez un poste en tension, c’est également le moment de le rappeler : en acceptant de former un collaborateur, votre employeur sera plus enclin à être généreux. Lorsque le motif de licenciement est obscur, la menace de porter l’affaire devant les tribunaux est enfin un argument qui ne laisse pas les entreprises indifférentes. Ces dernières préférant généralement signer une mauvaise transaction que gagner un bon procès.


6 Ce que vous pouvez obtenir

Au cours de l’entretien préalable de licenciement, votre employeur et vous-même devez vous entendre sur le montant d’une indemnité transactionnelle, qui correspond à la compensation du préjudice né de votre perte d’emploi. Généralement, ce montant est évalué en fonction des risques de condamnation prud’homale. En moyenne, un salarié peut obtenir entre 4 et 12 mois de salaire bruts comprenant les primes annuelles, les congés annuels, le prorata du 13e mois… « Il est également possible de garder ses outils de travail comme son téléphone ou son ordinateur portable, de négocier de l’outplacement ou d’obtenir le financement d’un projet », ajoute Rosa Rossignol.


NOS PARTENAIRES :

partenairepartenairepartenairepartenairepartenairepartenairepartenairepartenairepartenairepartenaire