Les régions s'allient à McDo pour créer 2 000 emplois




Des conventions inédites viennent d'être signées avec le géant de la restauration rapide. L'emploiest l'affaire de tous. Préoccupation numéro un à tous les niveaux des pouvoirs publics, les régions veulent devenir des acteurs clés, quitte à passer au-dessus de Pôle emploi. Pour la première fois, l'Association des régions de France (ARF) fait directement appel à une entreprise. En l'occurrence McDonald's, le premier recruteur de jeunes de France. Nawfal Trabelsi, PDG France du géant de la restauration rapide, et Philippe Richert, président de l'ARF, viennent de signer une charte d'engagement pour favoriser les créations d'emplois et le développement de la formation. « L'emploi et la formation sont des priorités pour toutes les régions et, en signant cette charte avec McDonald's, nous montrons notre volonté de tout faire pour lutter contre le chômage », déclare Philippe Richert, fier de cet engagement avec le géant du hamburger. L'Île-de-France s'est engagée Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, vient également de signer une charte avec McDonald's pour sa région, comme l'avait fait en fin d'année Xavier Bertrand pour les Hauts-de-France. Selon son entourage, elle compte mettre l'accent sur l'apprentissage, « un de ses chevaux de bataille en 2017 ». « Les régions peuvent être les acteurs du retour à l'emploi », martèle Valérie Pécresse. Après avoir créé 2 500 emplois en 2016, McDonald's prévoit de continuer à recruter 2 000 nouveaux salariés en CDI pour accompagner sa croissance dans l'Hexagone. Avec 1 419 restaurants, le géant de la restauration rapide emploie aujourd'hui 74 000 salariés. Des emplois sans avenir ? McDonald's, qui reçoit 500 000 CV par an, s'en défend. L'enseigne s'engage à donner accès à l'ensemble de ses salariés à un programme maison de formation continue avec l'objectif de décrocher un diplôme reconnu par l'Etat, grâce à la validation des acquis de l'expérience (VAE) qui permet d'obtenir un certificat de qualification professionnelle, un CAP, un BTS ou un bachelor (diplôme de niveau bac + 3, généralement acquis en école de commerce). « Grâce à notre politique de formation continue, nous pouvons proposer des opportunités de carrière importantes. Nous recherchons dans chacun de nos nouveaux salariés le directeur restaurant de demain », précise Nawfal Trabelsi. Plus de 80 % des manageurs ont commencé leur carrière comme équipier à la préparation des hamburgers. « Au total, 90 % de l'équipe d'encadrement des restaurants ont débuté derrière le comptoir ou en cuisine en tant qu'équipier », s'enorgueillit la chaîne de restauration rapide.


NOS PARTENAIRES :